06 60 51 34 2251, Rue Sedaine 75011
Psychologie et Hypnose

Troubles du comportement alimentaire

Retrouver un comportement alimentaire sain

psychologie hypnose depression angoisse stress

Le saviez-vous ?

En 2015, on recense 230 000 personnes souffrant d'anorexie et 400 000 de boulimie, en France.

Ces troubles touchent en majorité des femmes(95%) et constituent la deuxième cause mortalité chez les 15-24 ans.


"C'est une erreur de considérer le corps comme une simple enveloppe."David Levithan


Vous souffrez de troubles du comportement alimentaire?

Je peux vous aider.

 

Mon travail thérapeutique commence par le diagnostic précis de vos symptômes, qu’ils soient psychologiques ou physiologiques.

Cette analyse est suivie par le processus d’identification des sources internes et externes de vos troubles du comportement alimentaire.

Une thérapie personnalisée et centrée sur la personne vous est ensuite proposée pour libérer les émotions, clarifier les schémas cognitifs guidant la représentation du corps et de l'alimentation, mesurer leur caractère inapproprié.

Les comportements caractéristiques sont isolés et lentement combattus, afin de revenir à une prise alimentaire normale.

Techniques utilisées : PNL, hypnothérapie, mindfulness, psychologie positive, thérapie cognitive et comportementale

Pour une consultation, contactez-moi au 06 60 51 34 22

Les troubles du comportement alimentaire, c’est quoi?

Les troubles du comportement alimentaire sont des conduites alimentaires perturbées, à l'origine de troubles somatiques et psychologiques.

Les 3 plus répandus sont: l'anorexie, la boulimie et la compulsion alimentaire.

Les compulsions alimentaires

Les compulsions alimentaires se définissent selon 4 critères:

  • Fréquence: survenue au moins 2 fois/semaine de compulsions
  • Nature: ingestion importante et rapide, sans faim, ni rassasiement, avec sentiment de perte de contrôle
  • Compensation: besoin de compensation (vomissements, prise de laxatifs...) dans le cas avancé de la boulimie
  • Poids: surpoids ou obésité

Le rôle des régimes hypocaloriques est prouvé: dans 80% des cas, la compulsion alimentaire est précédée par un régime.

 

 

La boulimie

La crise de boulimie se caractérise par une augmentation pathologique du besoin de nourriture sans nécessairement ressentir la faim.

La boulimie est la répétition au mois 2 fois par semaine de crises faites de l'ingestion massive, sans faim, ni rassasiement d'une quantité très importante d'aliments, sans plaisir.

Elle est la plupart du temps suivie par un sentiment très fort de colère ou de dégoût de soi (notamment dans le cas d'une boulimie vomitive), de perte de contrôle et le besoin impérieux de se débarrasser de cet excès: vomissements, prise de laxatifs, diurétiques, saut de repas, pratique excessive de sport...

L’anorexie

L'anorexie mentale : elle se caractérise par un refus de s'alimenter, malgré la sensation de faim intense, ainsi qu'un refus de prendre du poids alors que le corps est très amaigri.

Elle est la conséquence d'une peur pathologique de grossir, qui soutient ce besoin addictif de restreindre l'alimentation.

La personne souffrant d'anorexie mentale a le sentiment d'être toujours en surpoids et cherche à maigrir par tous les moyens. Cela passe notamment par le contrôle des calories de tous les aliments consommés. L'anorexie mentale peut être associée à des conduites boulimiques.

Cette obsession de la perte de poids sous l’influence de facteurs psycho–comportementaux fait de l'anorexie mentale une pathologie psychiatrique relevant d’une prise en charge spécifique.

L'anorexie mentale est à distinguer de l’anorexie qui est une simple perte de l’appétit, plus ou moins temporaire, pouvant être consécutive à une maladie ou un état anxiogène.

Les facteurs de risque

Les troubles du comportement alimentaire dépendent de facteurs génétiques et psychologiques individuels, mais ils sont également influencés par des facteurs environnementaux, familiaux et socioculturels:

  • Facteurs génétiques : la fréquence de l'anorexie mentale est plus élevée chez les apparentés au premier degré de femmes anorexiques (parents, fratrie, enfants).
  • Facteurs psychologiques et traits de personnalité : épisodes dépressifs, troubles de la personnalité, baisse de l’estime de soi, perfectionnisme...
  • Facteurs familiaux : place au sein de la famille, qualité des relations, façon dont la famille va réagir et se mobiliser...L'accompagnement familial est une nécessité.
  • Facteurs biologiques : les modifications neurologiques et métaboliques (facteurs endocriniens) des systèmes de régulation de l’appétit peuvent influer sur les troubles du comportement alimentaire et leur chronicité.
  • Facteurs socioculturels: plusieurs études ont montré que les pathologies alimentaires étaient plus fréquentes dans certains milieux où le corps idéalisé est au centre de l’activité professionnelle (danseurs, mannequins, sportifs de haut niveau…)

En savoir plus

Pour prendre RDV directement en ligne sur Doctolib

Pour me contacter